Discours funéraire Mamy - 8 décembre 2010

par Irène Herpe-Litwin

Mamy, car c’est ainsi que nous t’appelions tous depuis la naissance de tes petites filles Caroline, Viviane et Isabelle, tu as eu une longue et riche vie.

Tu es née en janvier 1916 à Odessa qui, à l’époque,  faisait partie de la Russie, en plein milieu de la Première Guerre mondiale et dès octobre 1917 tes parents ont déjà dû affronter la Révolution bolchévique, la Guerre civile, les massacres perpétrés tantôt par les Blancs, tantôt par les Rouges, et pour finir les famines et les épidémies...

Ton père, Ilya Pogrebinsky faisait partie de la bourgeoisie juive assimilée puisqu’il était Commissaire du port d’Odessa, tandis que ta Maman, Anna Mayslich,  - pour nous Baba - était issue d’une famille de négociants.

 

Nous n’avons jamais connu ton Papa qui est mort du typhus, ayant échappé de peu à une descente de partisans bolchéviques… Baba et toi avez été contaminées par le typhus, mais, semble-t-il - les femmes sont très résistantes.

Dans cet horrible scénario, Baba a décidé d’émigrer en 1920 hors de cet enfer et bien lui en a pris. Elle a payé des passeurs qui vous ont fait passer en Roumanie où, hélas, on vous attendait pour vous jeter en prison après le passage du Dniestr… Et là, après avoir survécu au typhus, à la diphtérie, tu as contracté la fièvre typhoïde ce qui a plongé les gardes roumains de la prison dans la panique : ils se sont débarrassés de Baba et toi en vous remettant à la Croix-Rouge.

Encore une fois ta forte nature a permis à une petite fille de 4 ans de résister à la maladie et de profiter des bienfaits de la Croix-Rouge. Baba a pu prendre contact avec un de tes oncles nettement plus âgé, avocat, qui avait émigré de Russie dès 1914 avec succès à Alexandrie en Égypte. Une véritable odyssée t’attendait : de Roumanie vous êtes parties  dans la soute d’un bateau à Istanbul (Constantinople selon Baba) et de là jusqu’à Alexandrie.

A Alexandrie, tu es devenue une petite reine. Tu y as fréquenté le lycée français jusqu’en 1929 où Baba, qui avait oublié ses envies d’être cantatrice à l’Opéra, a décidé de te faire venir à Paris… Baba qui  travaillait pour les grandes maisons de couture parisiennes s’était remariée avec « Ida » que nous avons considérés comme notre grand-père.

Tu es devenue une petite parisienne très mignonne… et ton charme a séduit un certain Manfred HERPE que nous appelions Papy, avec qui tu t’es mariée en 1937…

 

Manfred HERPE venait d’émigrer d’Allemagne après l’arrivée d’Hitler… Il était beau garçon, industrieux…Tous les deux vous avez fondé avec Arno, son frère, la société TOPY… Tout allait relativement bien même si votre condition de réfugiés n’était pas si simple. De votre mariage un très beau bébé de type nordique allait naître le 18 juin 1939… Ce bébé, Alain, ne pouvait pas savoir combien les premiers mois de sa vie allaient être difficiles.

La Seconde Guerre mondiale éclate, et Papy est arrêté en tant que porteur de papiers allemands. Il est déporté dans un camp sur les bords de la Loire et c’est toi, Mamy, qui a la responsabilité de gérer la sociéte Topy d’une part, et d’autre part la famille, le bébé, ta mère et ton beau-père, ta belle-mère allemande née Caroline Brantzen (qui était très « Gretchen » d’aspect avec ses tresses blondes nouées autour de la tête et ses yeux bleus pervenche) et des frères et sœurs plus jeunes que ton mari... Tu as assumé l’exode jusqu’à ce qu’en juin 1940 les Allemands envahissent la France. Papy a réussi à s’évader de son camp avant que l’officier français n’en remette les prisonniers aux Allemands…

A partir de 1940, les lois de Vichy ont sévi. Heureusement, Papy qui savait qui étaient les nazis, vous a interdit de vous déclarer en tant que juifs…Vous avez passé la guerre avec des faux papiers... Après le débarquement américain en Méditerranée, tu était née non à Odessa (Russie) mais à Omessa en Corse. Vous avez été si astucieux que vous n’avez pas été arrêtés. Toi, Mamy, qui était une très jolie femme, tu as su porter à la Gestapo de faux certificats de baptême  qui ont sauvé la vie de plusieurs personnes de votre entourage. Tu as pu notamment sauver la vie de ton amie Tania, et de ta belle-mère arrêtée lors de la rafle du Vel d’Hiv, alors qu’elle était une vraie allemande…

En août 1944, Paris a été libéré et je crois que je suis née 9 mois plus tard… le 9 mai 1945, un jour après la paix et la victoire, d’où mes prénoms Irène et Victoria.

Pendant les trente glorieuses tu as été une femme très active . Tu as beaucoup secondé Papy qui était un chef d’entreprise…(Un petit industriel comme je disais). La société TOPY s’est bien développée  d’autant que ton fils Alain vous y a rejoints. Vous avez obtenu des médailles à l’exportation… Tu y as été active jusqu’en 1990, c’est-à-dire bien au-delà de l’âge de la retraite…

Après le décès de Papy en septembre 1992, tu es encore restée très dynamique jusqu’au début des années 2000 où tu as éprouvé divers problèmes de santé.

Dans cette longue vie tu as eu la joie d’avoir trois petites filles, Caroline, Viviane et Isabelle du côté de ton fils et deux petits fils, Alexis et Christophe du côté de ta fille. Tu as même eu la joie d’avoir quatre arrière-petites filles , Camille, Marine , filles de Caroline et Claire et Juliette filles d’Isabelle.

Je regrette seulement que tes dernières années de vie aient été gâchées par une sombre maladie de la rétine  incurable, qui t’a interdit l’accès à la lecture, au théâtre, au cinéma, à la télévision et même changé  la relation avec les tiens. Ton cœur était également très fatigué mais cela affectait moins ton moral…

Tu auras donc eu une longue et riche vie. Tu auras été témoin et un peu actrice de ces événements marquants du XXème siècle. Nous te regretterons beaucoup.

 

Irène

 

 

Je lui en rends grâce presque tous les jours…

  • Facebook Social Icon

Les Amis d'Odessa - 5 rue Sainte-Anastase, Paris 3e