Expositions de peintures et de photographies

            Odessa se montre depuis toujours accueillante aux artistes, aux écrivains, aux poètes. Elle est une ville stimulante pour l’imagination et la créativité des artistes peintres. Ils viennent s’inspirer de sa lumière spectaculaire et de sa palette de couleurs harmonieuses pour composer leurs œuvres.

            Un des peintres russes les plus populaires et prolifiques est sans doute Ivan Aïvazovski, né à Feodosiya en 1817 et fils d’un marchant arménien. Son œuvre se compose de 6 000 peintures de matelots odessites et de marines.

             Le célèbre Vladimir Kandinsky, né à Moscou en 1866, passe son enfance et son adolescence à Odessa. Il est violoncelliste et pianiste amateur avant de devenir l’un des grands initiateurs de l’art abstrait. C’est d’ailleurs la musique, omniprésente à Odessa, qui est sa principale source d’inspiration. Il effectue de nombreux séjours dans la ville de son enfance où est toujours installée sa famille. Vladimir Kandinsky participe régulièrement aux expositions de l’Union des artistes de la Russie méridionale à Odessa.

            La communauté juive odessite compte dans ses rangs plusieurs artistes peintres. On retiendra plus particulièrement le nom de Léonid Ossipovitch Pasternak. Natif d’Odessa (1862) et père de Boris Pasternak, auteur du Docteur Jivago, ce peintre est élevé dans une famille juive de cinq enfants dont le père est hôtelier. Il étudie entre 1878 et 1881 dans une école de dessin de la ville avant d’entrer à la faculté de médecine de l’université de Moscou et, en 1883, à la faculté de Droit de l’université de Nouvelle Russie à Odessa. Il se perfectionne parallèlement dans l’art du dessin et de la peinture. Il réalise, entre autres, les portraits du cinéaste russe Sergueï Eisenstein et de l’écrivain Rainer Maria Rilke. Il quitte définitivement l’URSS en 1921 pour Munich, la Palestine puis Londres. Il décède à Oxford en 1945.

         

           Les Amis d’Odessa programmeront dans les mois à venir une exposition autour de l’expérience picturale et mémorielle de l’artiste Anne Gorouben : des œuvres odessites enfermées dans l’intimité de cartons à dessin qui retracent le chemin intérieur vers ses origines et l’expérience de la terre retrouvée.

          Anne Gorouben qui vit et travaille à Paris, a grandi dans le quartier Montparnasse près de la Coupole « entre le samovar – objet symbolique de la filiation et de la transmission – et la rue d’Odessa ». Elle tente par ses dessins dont les thématiques sont en grande partie liées à son autobiographie de reconstruire la « maison Odessa » – berceau de sa famille – à laquelle elle demeure profondément attachée.

          Juifs d’Ukraine côté paternel – Odessa étant la ville natale de son grand-père –, Juifs de Pologne du côté maternel, beaucoup sont assassinés dans les camps nazis et ceux qui en sont revenus n’ont parlé de rien.

 

          « Cette famille de mon père, dont le silence m’a tant pesé, je me suis mise un jour à la dessiner. »

Anne Gorouben est diplômée de L’École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris et lauréate du prix Léonard de Vinci (Secrétariat d’État des relations culturelles internationales en Allemagne). Elle expose ses œuvres très régulièrement.

Atelier peinture au Mémorial de la Shoah

Anne Gorouben

"Le colporteur est un passeur et il s’arrêtera à Odessa"

          En février 1999, je rencontrai à New York, tout à fait par hasard, à la cafétéria de la librairie Barnes and Nobles de West-Broadway, un vieux Monsieur, immense, au grand visage très impressionnant. Il vint s'assoir à ma table, c'était la seule place restante en ce début de soirée, déposa une épaisse liasse de revues et quelques livres, et comme je suis très curieuse je lui adressai la parole.

C'était un professeur d'université qui avait toute sa vie enseigné la littérature. 

Nous finîmes par parler de son nom, et du mien. Il portait un patronyme juif, et comme je lui demandai d'où venait sa famille il me répondit à peu près : " Mais comme tout le monde, de Minsk, Kiev, Odessa.... ", nous continuâmes à échanger longuement, et je m'émerveille encore d'avoir évoqué avec lui, dans mon si mauvais anglais, Isaac Babel, ses "petites lunettes rondes et l'automne dans (son) coeur" et sa nostalgie du sentiment de la nature*.

 

          J'avais déjà séjourné deux fois à Odessa, dessiné partout dans les rues de cette ville splendide et effondrée, que j'aime passionnément, et je pressentais que nous n'allions pas découvrir en touriste cette ville, mais que nous y "reviendrions" tous, un jour. Même ceux dont les familles n'en sont pas originaires.

 

        Cette ville de nos rêves, de nos histoires, de notre culture, je vous propose de la faire vivre en participant à l'atelier que j'anime au Mémorial de La Shoah depuis 2008, "Le Colporteur* est un Passeur".

 

        Vous avez des images, des objets qui évoquent des parcours réels ou imaginés, qui viennent de votre famille ou que vous avez glanés ici ou là.

 

         Ce sera la matière à partir de laquelle, en collage, dessin, peinture, chacun travaillera pour bâtir, sur le papier, une Odessa vivante, infiniment propre à chacun et à tous.

 

* Isaac Babel, "Contes d'Odessa" et "Mes premiers honoraires"

 

* en 2000 je découvrais grâce au "Dictionnaire des noms juifs de l'Empire Russe" d'Alexander Beider que mon nom vient probablement de Korobeïnik : le colporteur. Origine Minsk, Kiev, Radomisl...


   
Ateliers animés par Anne Gorouben,


Cycle de 2 séances : dimanche 19 novembre 2017 et dimanche 27 mai 2018 de 11 h 30 à 13 h 30 et de 15 h 30 à 17 h 30.

 

12 participants maximum

Tarif : 12 € la séance, sur réservation

 

Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy-l’Asnier
75004 Paris


contact@memorialdelashoah.org
www.memorialdelashoah.org

  • Facebook Social Icon

Les Amis d'Odessa - 5 rue Sainte-Anastase, Paris 3e